Celles qui me connaissent en réel savent que ma vie a pris un nouveau tournant il y a 4 mois : j'ai démissionné de mon boulot qui faisait plus qu'envahir ma vie personnelle pour en prendre un nouveau. Mais avant de commencer à ce nouveau poste lundi dernier, j'ai pu m'accorder une pause de 4 mois grâce aux JRTT accumulés durant les dernières années. J'y étais aussi obligé car le nouveau patron ne pouvait pas récupérer mon compte épargne temps bien rempli. Ca tombait bien, j'avais vraiment besoin d'un bon break. D'ailleurs, on devrait pouvoir en faire parfois, pour se déconnecter ou se reconnecter différemment.

Les premiers temps, je n'ai rien fait. J'ai glandé, beaucoup flané sur le net, dormi. Même en ne faisant rien de concret, le temps passe très vite. J'ai réappris à dormir sans me réveiller 4 ou 5 fois par nuit en pensant au boulot. J'ai tout de même mis un mois. Je me suis refait une santé. J'ai réappris à vivre tout simplement. (Aujourd'hui, je me rends au travail tous les matins en sifflotant en traversant le parc situé derrière chez moi . Ah oui, petit détail : je n'ai que 10 minutes de trajet à pied. Le pieds, quoi ! Un vrai luxe, surtout à Paris. Je suis tombée sur une équipe fort sympathique, dans des bureaux agréables avec vue de mon bureau sur le parc, ce qui n'est pas le cas de tous. Une renaissance professionnelle ! Important lorsqu'on y passe 8h par jour.)

Après m'être bien posée, je me suis dit qu'il fallait que je profite de ce temps libre pour aller voir les expos qui me faisaient envie depuis un bon moment - celle de Ron Mueck est absolument hallucinante, merveilleuse, émouvante et se prolonge jusqu'au 27 octobre à la fondation Cartier. Je suis allée à Rouen une journée où miss Kate m'a fait découvrir la grande armada. J'ai humé l'air de Paris en me promenant dans ses rues, dans ses parcs, découvert des pièces de théâtres qui venaient de sortir. J'ai eu beaucoup de chance car le beau temps est arrivé à ce moment là, depuis le temps qu'on attendait le soleil et ses rayons salvateurs.

Je me suis aussi vite habituée à ma nouvelle machine à coudre qui m'a été offerte, entre autres, pour mon départ. Voici donc quelques cousettes que j'ai crées entre 2 tricots ou crochet.

Il y a un an, j’ai découvert ce livre via le blog de l'annexe dilettante.

débutez la couture en 12 leçons

Plusieurs modèles m’ont plu, notamment celui de la blouse à col rond et manches raglan de la leçon n° 9

blouse n9 -couture en 12 lecons

J’ai souhaité tout d’abord faire une toile avec ce tissu dont je ne connais pas la composition – pas du coton en tous cas - , qui tombe bien et qui ne se froisse pas, que j’avais dans mon stock depuis belle lurette (un de moins dans sur mon étagère, comme dirait Maud pour son défit destockage ;-) ). Car je me méfie toujours des patrons japonais. Et bien la toile s’est transformée en modèle réussi. Ce patron tombe pile poil . Il y a juste un détail qui me chiffonne : le col à l’arrière rebique en permanence à cause du bouton et de la pate de boutonnage. Je pense les retirer pour mettre un crochet à la place.

J’aime bien cette blouse car elle est très simple mais sa coupe la rend aussi chic, sur un pantalon noir par exemple. Et surtout, elle cache mes rondeurs.

J’ai ensuite continué par la leçon n°10 : une tunique à manches raglan.

tunique n°10 liberty rouge

 

Ce liberty capel rouge a été acheté au mois de mai chez Liberty lors de mon séjour à Londres et je savais exactement comment j'allais le transformer. Je lui ai rajouté une poche de chaque côté. En revanche, je ne suis pas du tout satisfaite de l'encolure. Je pense que le biais utilisé est un peu trop rigide.

La marinière suivante est l'un de mes vêtements préférés.

 

marinière japonaise

 

Il y a longtemps, j’avais flashé sur ce jersey rayé vieux rose et blanc trouvé chez Reine : un peu épais mais pas trop, de grande qualité au toucher, avec un beau tombé, vendu en grande largeur, le tissu qu’il me fallait pour la marinière que je souhaitais réaliser depuis belle lurette. Mais je ne la voulais pas classique. C'est bien plus tard que j'ai découvert ce livre,

feminin-masculin-takada-couture-edisaxe

lors du salon «Création et savoir faire" l’année dernière : c’est ce modèle qu’il me fallait, avec ses manches légèrement évasées. Mais je n’achète jamais un livre pour un seul modèle (pas comme les CD lorsque je tombe à croc d'un morceau). J’ai eu de la chance car plusieurs autres me faisaient envie, tel que ceux-ci, entre autres :

n°5 feminin-masculin

n°11 feminin-masculin

Ils sont bien au chaud sur ma to do list.

Aucune difficulté rencontrée. J’avais tout de même mesuré le tour de poitrine et des emmanchures avant de me lancer. Car nos mensurations françaises sont bien différentes de celles des japonaises. Je n’ai fait qu’une seule modification : je n’ai pas mis les pates sur les épaules avec un bouton, que je trouvais de trop.

Le tee shirt suivant a été réalisé chez ma poulette Thérèse au mois de juillet. Nous venions de découvrir les patrons SALME et elle m'a gentiment offert la moitié de son coupon de jersey fin, bien adapté à ce modèle, bien qu'il soit présenté avec un tissu en voile sur le site. C'est le Top kimono.

Et pour une fois, on peut voir une de mes cousettes photographiée sur moi. J'ai mis ma nouvelle collègue à contribution car toujours impossible de choper ma fille pour ce "travail". D'ailleurs, lorsque ma collègue a su que je l'avais fait moi même, elle en a tout de suite voulu un. Mais je suis incapable de donner un prix à un vêtement fait mains, excepté le prix du tissu. Comment procéderiez-vous si cela vous arrivait?

Top kimono SALME - juil2013 chez ma poulette

Top kimono SALME - juil2013 chez ma poulette2

 

Et un autre tee shirt très récemment cousu :

summer -ottobre printemps-ete

 

le modèle summer, modèle n°2 du magazine ottobre printemps/été que Thérèse m'a fait connaître le mois dernier. Mais il n'était plus disponible chez les marchands de journaux. Ma pugnacité habituelle a de nouveau fonctionné et je l'ai trouvé dans la boutique de Ty Florian . J'ai également trouvé dans cette sympathique boutique le jersey beige flammé qui forme le bas de ce tee shirt et un autre rouge qui fera l'objet d'un autre traitement. Le jersey noir du haut provient de Sacré coupon acheté lors d'une sortie "j'ai envie de tissu" proposée par Thérèse. Bien sûr, je n'ai pas pu résisté.

Malheureusement, je n'ai pas encore de photo porté sur moi. Je demanderai la prochaine fois à ma collègue car il ne rend pas très bien l'effet escompté sur un porte manteau. Le bas de ce tee shirt est fait de façon à le faire blouser naturellement. Personnellement, je l'ai raccourci de 3 cm mais le prochain sera encore un peu raboté car il ne correspond pas trop à ma taille en hauteur. Je remonterai également la couture car je trouve la couleur du haut un chouilla trop basse. Il a été réalisé avec le point spécial jersey proposé sur ma janome. Je  possède une sur surjeteuse achetée chez Lidl en décembre dernier mais n'ai pas encore pris le temps de voir comment elle fonctionnait.

J'ai également réalisé cette blouse, 

tunique fait main 04-2013

tirée du magazine "fait main" du mois d'avril avec un coupon partagé avec Thérèse. Ce coton soyeux est très doux et donc très agréable à porter. Comme j'avais lu sur les blogs que les patrons de ce magazine taillaient grand et qu'il n'était pas nécessaire d'ajouter une marge de couture, j'ai suivi leurs conseils. Sauf que je suis un tantinet serrée aux épaules et emmanchures. Mais je la porte très souvent quand même.

Plusieurs modèles me plaisaient également dans ce numéro, notamment un pantalon carrot que j'ai réalisé en rose fraise tagada. Vous ne le verrez pas car il n'a pas encore été pris en photo porté sur moi. Ma mère m'a bien fait remarqué que je m'étais très longtemps moqué de son pantalon jaune qu'elle portait dans les années 70 et que j'avais découvert sur des photos et qu'aujourd'hui, c'est moi qui osait le flashy.

J'ai aussi eu un gros ratage avec une tunique peplum du même magazine. Pour une fois, je ne me suis pas acharnée à vouloir la terminer en la modifiant, ce qui est plutôt rare. Et d'autres modèles sont également sur ma to do list.

Le prochain billet portera sur une nouvelle activité pour moi : le crochet. Je pense avoir toujours eu "peur" de me lancer, me disant que les points étaient très compliqués à apprendre bien que l'on m'ait dit le contraire. Mais une fois lancé, une fois un défi accepté, et bien on ne m'arrêtait plus.

A suivre